Word of the Month: Intersectionality

Fun fact about me: I took introduction to sexuality in my first year and I absolutely adored it. Since then, a word I have personally heard many times in and out of class at Glendon is this: intersectionality. The more I learn about it, the more I think it’s one of the most important words to understand as a human being who interacts with others.

Before I begin, you may have noticed that I missed a blog post last week. I had a whole list of things I wanted to write about for that Friday and I was just about to start when I saw that a movement had started on social media. The #metoo campaign aimed to increase visibility for female victims of sexual violence. Yet, I noticed a large number of people believed this to be unjust because it only increases visibility for women and not all victims. So then, instead of writing about all the other little things going on in my life, the word intersectionality just kept repeating and repeating in my head.

 

66eba2b43d39feb0384e8b2e26dddf1852d8421757838c78fb3b68d8d86867f8

When I started high school, the word itself would have meant very little to me. I went to a Catholic, predominantly Caucasian learning environment where peoples differences were an afterthought. As I became older, I became involved in extracurricular activities that made me more aware of the different issues that the people around me face because of their identities.

Then I went to Glendon, and my world was changed (dramatic way of putting it but anyways). My teachers in sexuality studies and intro to women’s studies gave me the power to vocalize the feelings I have about our human societal structure. And again, the one word that helped the most was intersectionality.

The wonderful world of Google will give you a very well written definition, if you happened to feel curious. The equally wonderful world of Microsoft Word would tell you that it doesn’t exist. But another wonderful being that I know, my old sexuality professor, would explain intersectionality in a more personal way. Intersectionality itself focuses on personal individuality and how our realities affect the way we walk through life.

 

new-piktochart_172_1ba3c3f61d9f950cc735f9cab2fba006081686dc-1-420x330

 

My reality is that I am female, white, heterosexual, non-religious, able-bodied etc.

This shapes how I see the world and how the world sees me. It affects my interactions with others. It is a basis for how I make decisions. Whether I like it or not, I will never see things the same way as someone who isn’t me would.

Anyhow, here are a few respectable things that you can do when someone is opening up to you about something you may not have been through:

  • Listen: In any conversation, listening plays a big role. If someone is opening up to you about an aspect of their lives that you can’t relate to, try your best to be attentive.
  • Admit: It’s okay to admit that you don’t fully understand. It won’t stop you from being able to be empathetic and learn.
  • Learn: Learning about an issue is the first step to being a better ally.

Because of my intersectional reality, I will have a much easier time relating to another woman who has faced the difficulties I have. But because I am white and I identify as heterosexual, I will never be able to speak for people who aren’t. But I’ll support them.

With so much going on in the world, it’s nice to try and make everything as inclusive as possible. But in my own opinion, when it comes to human rights the line between inclusive and exclusive is thin. Some believe that inclusivity is the only way for the world to be at peace. But by excluding the fact that people’s identities change the way they face struggles, the term inclusive no longer applies.

That being said, I’ve only had a glimpse of intersectionality. Everyone’s experience with it is different. What’s yours?

 

“Oh, you never know/What’s around the bend./You could win the lotto/Or make a friend…” – Avenue Q

Hope you come back for new posts every Friday!


Fait amusant à mon sujet: j’ai pris le cours d’introduction à la sexualité durant ma première année à Glendon et je l’ai complètement adoré. Depuis, un mot que j’ai j’entends souvent en classe et hors de classe à Glendon est ceci : intersectionnalité. Plus j’en apprends à propos de ce mot, plus je pense que c’est un des mots les plus importants à comprendre en tant qu’être humain qui interagit avec les autres.

Avant de continuer, vous avez peut-être remarqué que j’ai manqué un post de blogue la semaine dernière. J’avais toute une liste de choses que je voulais écrire ce vendredi-ci et j’allais me mettre au boulot lorsque j’ai vu qu’un mouvement faisait rage sur les médias sociaux. Le mouvement #moiaussi avait pour but d’augmenter la visibilité des femmes qui sont ou ont été victimes de violence sexuelle. Par contre, j’ai noté qu’un grand nombre de personnes croyait que ceci était injuste car le mouvement augmente seulement la visibilité des femmes et non celle de toutes les victimes. Donc, au lieu d’écrire à propos de toutes les petites choses qui se passent dans ma vie, le mot intersectionnalité s’est mis à résonner dans ma tête.

Quand j’ai commencé l’école secondaire, ce mot n’aurait pas signifié beaucoup pour moi. J’ai fréquenté une école catholique, avec une population plutôt blanche où les différences entre chaque personne n’étaient pas très marquées. Quand j’ai vieilli un peu plus, je me suis impliquée d’avantage dans des activités hors de classe qui m’ont rendue plus consciente des différents problèmes que les gens de mon entourage rencontraient à cause de leurs identités.

Puis paf! Je suis allée à Glendon et là, ma vision du monde s’est totalement transformée (dramatique n’est-ce pas?). Mes enseignants en sexualité et en introductions aux études de la femme et du genre m’ont donné le pouvoir de vocaliser les sentiments que j’ai à propos de notre structure sociétale. Et là encore, le mot qui m’a aidé le plus était l’intersectionnalité.

Le monde magnifique de Google vous donnera une bonne définition, si vous êtes rongé par la curiosité. Le monde également magnifique de Microsoft Word vous dirait que ce mot n’existe pas. Mais une personne magnifique, mon professeur de sexualité, expliquera que l’intersectionnalité d’une manière très différente. L’intersectionnalité se concentre sur l’identité personnelle et l’effet de notre réalité sur la façon de vivre notre vie.

Ma réalité est que je suis une femme, hétérosexuelle, pas religieuse, etc.

Ceci forme la manière dont je vois le monde et la manière dont le monde me voit. Ça influence également mes interactions avec les autres. C’est la base à partir de laquelle je prends des décisions. Peu importe si j’aime ça ou non, je ne vais jamais voir les choses de la même façon que quelqu’un qui n’est pas moi.

De toute façon, voici quelques choses que vous pouvez faire quand quelqu’un vous communique quelque chose que vous ne comprenez peut-être pas:

  • Écoutez: Dans n’importe quelle conversation, l’écoute joue un grand rôle. Si quelqu’un vous parle d’un aspect de leur vie qui ne vous touche pas, essayez de votre mieux d’être attentive-f.
  • Admettez: C’est correct d’admettre que vous ne comprenez pas. Ça ne va pas vous empêcher d’être empathique et d’apprendre.
  • Apprenez: Apprendre tout ce qui est possible d’apprendre au sujet d’un problème est la première étape pour devenir un meilleur allier.

À cause de ma réalité intersectionelle, il me sera beaucoup plus facile d’établir un rapport avec une autre femme qui a vécu les mêmes difficultés que moi. Mais puisque je suis blanche et que j’identifie en tant qu’hétérosexuelle, je ne vais jamais pouvoir parler au nom des personnes qui ne le sont pas. Mais je peux les soutenir.

Avec tellement de choses qui se passent dans le monde, c’est gentil de vouloir que tous les aspects de nos vies soient inclusifs. Mais, à mon avis, il y a une fine ligne entre inclusif et exclusif quand il s’agit des droits de l’homme. Certains croient que l’inclusivité est la seule manière d’instaurer paix. Cependant si on ne prend pas compte du fait que les identités changent la façon dont les gens font face aux difficultés, le terme inclusif ne fonctionne plus.

Ceci dit, je n’ai reçu qu’un tout petit aperçu de l’intersectionnalité. L’expérience de chaque personne est différente. Quelle est la votre?

Advertisements

2 thoughts on “Word of the Month: Intersectionality

  1. Pingback: Side Effects May Include: The Little-Known Benefits of Studying English | Tea & Textbooks

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s